Vinci Editions
Vinci Editions
Communique Presse Lumière sur La Dame à [...]
Document Adobe Acrobat [94.3 KB]
Brochure du livre Lumière sur La Dame à [...]
Document Adobe Acrobat [2.5 MB]

Toutes les photos haute résolution du Livre " Lumière sur La Dame à l'hermine" sont accessibles à la pressse. 

Ecrire à info@vinci-editions.com © Pascal Cotte.

 

 

 

Communiqué de presse

 

 

Lumière sur La Dame à l’Hermine

 

 

28 découvertes inédites

 

La Dame à l’Hermine n’avait pas d’hermine ! Grâce à une nouvelle méthode d’imagerie scientifique, Pascal Cotte nous livre cette révélation, et 27 autres découvertes, dans son dernier ouvrage : Lumière sur la Dame à l’Hermine.

Les travaux de cet ingénieur, célèbre pour avoir numérisé La Joconde,

changent radicalement notre vision sur l’œuvre de Léonard de Vinci.

 

Avec le laboratoire de LUMIERE TECHNOLOGY, Pascal Cotte a le privilège d’être invité dans les plus grands musées du monde pour analyser les tableaux les plus célèbres. Il a déjà apporté ses lumières sur les œuvres de Van Gogh, Goya, Poussin, Picasso… et bien sûr Léonard de Vinci. Il a notamment travaillé sur Mona Lisa et La Belle Ferronnière au Louvre, et participé à la découverte du treizième tableau de Léonard : La Bella Principessa. 

 

Son dernier ouvrage : Lumière on the Lady with an Ermine  (en français : Lumière sur La Dame à l’Hermine) (288 pp. / 284 ill.) change notre vision sur l’œuvre de Léonard de Vinci et sur ce que l’on croyait en savoir. Il nous éclaire sur un aspect méconnu de Léonard : un peintre à la fois hésitant, inventif et hors normes.

 

Dans ce livre, Pascal Cotte présente la méthode scientifique innovante qu’il a utilisée pour réaliser ses découvertes, et les répercussions historiques qu’elles impliquent.

 

Pascal Cotte travaille à partir d’une nouvelle technique d’imagerie scientifique appelée L.A.M. (Layer Amplification Method). Les images produites par une caméra de son invention permettent de voir les couches de peinture successives, de décomposer les coups de brosse superposés et d’en reconstituer la chronologie.

 

Grâce à cette technique, le lecteur découvre comment Leonardo di ser Pietro, en quête perpétuelle de perfection, fait évoluer ce portrait. Constamment, il hésite, essaye, efface, recommence, expérimente, refait, défait encore et encore. Finalement, il nous montre un visage humain du génie. Un génie qui travaille.

 

Pascal Cotte démontre que La Dame à l’Hermine a été réalisé en trois phases. La première version ne comporte pas d’hermine, c’est un beau portrait de cour, à l’image de La Belle Ferronnière. À la deuxième s’ajoute une petite hermine au naturel. Dans sa version finale, l’hermine est transformée en animal héraldique aux proportions exagérées avec une patte de lion.

 

Les images de laboratoire aux rayons X et en infrarouge laissaient penser jusqu’à présent qu’elle avait été peinte d’un seul jet.

Erreur !

Cette œuvre arrive au contraire au terme d’un pénible accouchement, fait de reprises et d’errances. Les rayons X montrent un fantôme, il n’y a rien à voir ou presque. Les images infrarouges en révèlent un peu plus, mais ne permettent pas de comprendre. La technique L.A.M., en revanche, révolutionne l’analyse de ce tableau au point de nous montrer l’inattendu.

 

La technique L.A.M. est basée sur des images multispectrales, dont les qualités techniques scientifiquement mesurables sont exceptionnelles.

 

La réflexion de la lumière sur un tableau est enregistrée par la caméra à 13 longueurs d’onde (filtres) différentes. Elle génère 3,2 milliards d’informations.

 

La technique L.A.M. est basée sur l’analyse de ces données.

Les interactions de la lumière avec les matériaux de la peinture (liants, pigments) sont le fruit de multiples phénomènes optiques et physiques. C’est autant d’informations qui trahissent la composition des couches picturales. À l’aide d’outils mathématiques de traitement du signal (calcul de dérivée, maximum d’entropie, transformée de Fourier, statistiques, etc.), on parvient à extraire ces informations cachées dans les couches de peinture.

 

Chaque calcul fournit une image. Les combinaisons de paramètres génèrent plusieurs milliers d’images. Le travail le plus fastidieux reste l’analyse des images, cela prend plusieurs mois, voire plusieurs années. Trois ans dans le cas présent.

 

Les images sont découpées en mosaïque pour une étude rigoureuse et ordonnée. Les milliers d’images de chaque petit carré sont passées en revue très rapidement, comme dans une vidéo à plusieurs images par secondes pour détecter les infimes variations de nuances.

Les plus intéressantes sont mises de côté pour une analyse approfondie.

 

Les informations sont alors classées par type (traits, contour, dégradés, coups de pinceau, etc.) et par thème (visage, robe, paysage, mains, etc.). Puis elles sont superposées avec la peinture telle qu’elle nous apparait aujourd’hui.

 

De cette comparaison nait la compréhension. Surgissent alors une ou plusieurs interprétations et la possibilité de poser une ou plusieurs hypothèses.

 

Ces hypothèses sont d’autant plus fortes lorsqu’elles réunissent un grand nombre d’informations qui se recoupent. C’est-à-dire qu’elles sont cohérentes et logiques.

 

Les révélations sur La Dame à l’Hermine mettent en émoi le monde de l’histoire de l’art, les conservateurs, les restaurateurs, le public averti. Elles font l’effet d’une déflagration, car elles révolutionnent nos connaissances sur sa technique picturale.

 

Les historiens spécialistes de Léonard découvrent une face de cachée du génie.

Tous pensaient qu’il peignait d’un seul jet. Certes, on connaît quelques repentirs ou repeints de-ci de-là ou bien même des dessins préparatoires légèrement différents de la version finale (par exemple sur La Vierge aux Rochers), mais personne n’aurait osé imaginer qu’il faisait, effaçait, et refaisait plusieurs fois sa composition, en la modifiant profondément à chaque intervention. 

 

Ce livre fait découvrir :

 

– une nouvelle technique d’analyse – baptisée L.A.M. – qui permet d’effeuiller l’intérieur des couches picturales, à l’opposé des techniques traditionnelles Rayon X et infrarouge qui en sont incapables.

 

– 28 révélations inédites qui changent l’histoire du tableau. Le lecteur découvre que Léonard avait d’abord peint un portrait traditionnel de cour SANS hermine, puis qu’il a rajouté une véritable PETITE hermine avant de, finalement, la transformer en un animal allégorique avec une patte de lion.

 

– Les empreintes digitales de Léonard et les raisons de leur utilisation pour plus de réalisme.

 

– On découvre un Léonard perfectionniste qui fait, défait, change, défait à nouveau et recommence.

 

– Ce livre est le fruit d’un travail rigoureux, relu par des historiens de renom (voir comité de lecture), des spécialistes de Léonard, et le conservateur en chef de La Dame à l’Hermine du Musée de Cracovie (Pologne). Ce dernier y voit « la découverte la plus fascinante de ce siècle sur Léonard de Vinci ».

 

La Dame à l’Hermine de Léonard de Vinci est exposée actuellement au château de Wavel à Cracovie.

 

Vinci Éditions

Septembre 2014.

 

 

 

Livres « Lumière on The Lady with an Ermine » et « Lumière sur La Dame à l’Hermine » 

Livre : Relié + jaquette couleur

288 pages ; 284 Illustrations ; dimensions 31,3 x 24,3 x 3 cm ; 1,93 kg

Auteur : Pascal Cotte

Date de sortie : 15 Septembre 2014

Éditeur : Vinci Éditions (N° 978-2-9548258)

Sujet : Art – Beaux-Arts

Prix : 49 €

 

Version anglaise :

Lumiere on The Lady with an Ermine

ISBN/EAN : 9782954825816

SKU Amazon : 8A-2IK4-92HM

 

Version française :

Lumière sur La Dame à l’Hermine

ISBN/EAN : 9782954825809

SKU Amazon : NG-NSG6-4W33

 

 

Disponibilité :

Amazon à partir du 15 septembre 2014

En France dans les grandes librairies à partir de novembre 2014.